Différentes marques et modèles de répliques!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Différentes marques et modèles de répliques!

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 17:46

M14



Marques:

Marui
G&G
Classic Army
Cybergun
Kart
AGM
Cyma
TCD
STAR
WE

Histoire:

Le fusil M14 fut le premier fusil d'assaut de l'US Army qui l'adopta en 1957 en remplacement du Garand. Sa production en masse démarra en 1958 et plus d'un million trois cents mille M14 furent distribués aux forces américaines entre 1959 et 1964.

M16 & M4



Marques:

Marui
G&G
G&P
Classic Army
STAR
Cybergun
Dboys
A&K
JG
Systema
SRC
ICS
King Arms
WE

Histoire:

M16
Issu d'un développement difficile, il s'agit de la version militaire de l'AR-15, un fusil achevé par Armalite en 1958. La fiabilité et la précision de la première version étaient insuffisantes et Armalite revendit les brevets de l'arme à la firme Colt qui reçut une commande de 8 000 armes à livrer aux forces du Strategic Air Command en 1960. Les services de recherche de l'armée américaine en achetèrent 1 000 de plus en 1962 et les distribuèrent à des fins de test aux forces sud vietnamiennes. L'expérience se solda par quelques rapports enthousiastes qui débouchèrent en 1963 sur la commande de 85 000 unités pour équiper l'armée de terre sous la désignation XM16E1 et de 19 000 armes supplémentaires pour l'armée de l'air sous la désignation M16. Le M16 fut officiellement adopté par l'armée de l'air américaine en 1964 puis en 1967 par l'armée de terre. Colt reçut une commande de 850 000 unités en 1966.

La véritable innovation qu'il a apporté est l'utilisation d'une munition de petit calibre sur une idée des services de recherche de l'armée américaine. Armalite développa une munition puissante de calibre .22, soit 5,6 mm environ. Dérivée de la cartouche de chasse .222 Remington et .222 Remington Magnum, elle fut nommée .222 Remington Special puis .223 Remington ou 5,56 × 45 mm en désignation métrique. L'armée américaine adopta finalement cette munition, constituée de plomb chemisé, sous le nom de M193. Jusqu'alors, la munition utilisée pour ses fusils était la 7,62 OTAN, une munition puissante, à la fois encombrante et produisant un recul trop important pour permettre un tir automatique confortable depuis une arme d'épaule. Le bloc soviétique était alors équipé de l'AK-47, arme d'une puissance moindre mais qui en définitive correspondait mieux aux exigences réelles du combat. La nouvelle munition développée pour le M16 permettait aux soldats d'emmener plus de cartouches en opération et de bénéficier d'une arme polyvalente présentant une portée, une précision et une puissance aussi adéquates que celles de l'AK-47. Cette munition devint rapidement le standard de l'OTAN sous la désignation 5,56 mm OTAN à partir de 1980


M4
Le Colt M4 est une version raccourcie du M-16A2 au canon de 14,5 pouces (368 mm) de long et à la crosse télescopique. Celle-ci comprend néanmoins une partie du mécanisme du fusil, la crosse peut donc être raccourcie d'un tiers de sa longueur mais ne peut pas être entièrement escamotée comme sur d'autres fusils d'assaut. Ses autres caractéristiques sont identiques à celles du M-16A2 (calibre 5,56 mm OTAN, sélecteur de tir avec coup par coup, rafale de trois coup, ou automatique, et son aspect extérieur est assez semblable. Cette arme équipe les unités qui n'ont pas besoin de la portée d'un M-16 donc s'affranchissent ainsi de son encombrement. C'est en particulier le cas des équipages de véhicules, des artilleurs et de certains officiers.

Le M4 a été créé pour le compte des S.O.G. (Special Operations Groups) et de l'aéroportée. Il y eut aussi des essais dans la air cav. américaine pendant la guerre du Viêt Nam. Le M4 est un M16 avec crosse télescopique, cache flamme amélioré, canon et mécanisme d'emprunt de gaz raccourci et tir automatique. Le bloc de culasse, la hausse du viseur, les chargeurs sont des éléments tirés du M16.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

MP5/UMP45 : Pistolet mitrailleur allemand

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 17:47



Marques:

Marui
G&G
Galaxy
Classic Army
Cybergun
Cyma
JG
ICS
Systema

Histoire:

Le MP5 est un pistolet mitrailleur allemand produit par la firme Heckler&Koch. Il s'agit sans conteste du pistolet mitrailleur le plus répandu dans le monde. Développé à partir de 1964 sous le désignation de HK 54, il est adopté par la police et la douane allemande en 1966 sous le nom de MP5. Un grand nombre de services de polices et d'unités spéciales ont suivi l'exemple par la suite. Le MP5 a connu un grand nombre de versions et reste en production aujourd'hui encore. Ce succès a amené des fabrications sous licence en France (MAS MP5F), en Grèce (EMP5), en Turquie (chez MKEK), en Suisse (BT96 assemblé avec des pièces turques) et au Pakistan (POF). Des industriels Serbes produisent des copies des MP5 classiques et K.

Conçu comme une version miniature du G3, il fonctionne avec un mécanisme de retardement de l'action par verrouillage par galets initialement développé pendant la Seconde Guerre mondiale pour le fusil d'assaut stg45 et que l'on retrouve sur un grand nombre d'armes produites par Heckler&Koch après guerre. Le MP5 a été initialement produit en trois versions, le MP5A1 sans crosse et le MP5A2 avec une crosse fixe et le MP5A3 doté d'une crosse télescopique. Le MP5A1 est particulièrement rare et le MP5A3 est sans doute le plus répandu.

Après quelques années de production, quelques améliorations ont été portées au MP5 : des organes de visée améliorés, un nouveau cache flamme et des chargeurs courbes plus fiables que les précédents. Une seconde mouture du MP5 a apporté un mécanisme offrant la possibilité de tirer des rafales de trois coups. Le MP5A4 désigne la version à crosse fixe et le MP5A5 la version à crosse télescopique, toute deux dotées de la capacité à tirer des rafales de trois coups.

Le MP5 a également été chambré en 10 mm Auto (MP5/10) puis en 40 S&W (MP5/40), deux munitions très rarement employées dans un pistolet mitrailleur. Sorti en 1992 à la demande du FBI, le MP5/10 chambre la munition standard choisie en remplacement du 9mm Parabellum considéré comme trop peu efficace. Une des principales nouveautés lors de sa sortie fut son chargeur translucide (qui permet à l'utilisateur de voir le nombre de balles restantes dans son chargeur en un coup d'œil) et en matière synthétique de 30 coups. Les chargeurs translucides furent finalement abandonnés. La munition de 10 mm Auto, trop puissante pour s'adapter à tous les tireurs fut ensuite remplacée par le .40 S&W d'un calibre identique mais d'une puissance moindre. Heckler&Koch adapta donc le MP5 à cette nouvelle munition avec le MP5/40. La production des deux armes est désormais stoppée, la firme HK proposant à son catalogue le plus moderne UMP également chambré en .40 S&W.

Une version semi-automatique et à canon ralongé fut produite pour le marché civil américain sous le nom de HK-94. Une société américaine commercialise également un clone du MP5 chambré en .45 ACP.

Le MP5 existe également en version d'entraînement, désignée par le suffixe PT (plastic training). Le mécanisme de l'arme est très différent de celui du véritable MP5 toute tentative de tirer une munition de 9 mm Parabellum dans cette arme en provoquerait la destruction. Il tire par contre des projectiles de plastique très légers qui perdent très rapidement leur énergie. L'intérêt de ces balles en plastique est leur prix réduit et leur portée moindre. Elles restent toutefois mortelles jusqu'à une dizaine de mètres et dangereuses au delà.

Le MP5 est une arme réputée pour sa qualité, une grande fiabilité, une bonne précision au tir (qui s'effectue la culasse fermée) et une bonne flexibilité.



Marques:

G&G
STAR
Double Eagle

Histoire:

Le pistolet mitrailleur UMP (Universale Maschinenpistole en allemand : pistolet mitrailleur universel) est une arme fabriquée par la firme Heckler & Koch et avant tout conçu pour le marché policier d'Amérique du Nord avec l'ambition d'y remplacer le MP5. Doté d'une carcasse en polymère et d'un mécanisme plus simple que celui du MP5, il est moins cher et plus léger. Il semble pourtant compléter les arsenaux plutôt que de se substituer au MP5 et à son considérable succès commercial et opérationnel. De plus, il équipe depuis peu les armureries de la gendarmerie nationale, et son utilisation par cette dernière n'intervient qu'en cas de crise majeure (plan épervier, état d'urgence...).

Afin de correspondre aux usages de son marché de prédilection, il a été en premier lieu chambré en .45 ACP puis en .40 S&W avant de connaitre une version en 9mm Parabellum, le calibre le plus souvent employé dans les pistolets mitrailleurs. La version chambrée en 9mm est facilement reconnaissable à ses chargeurs incurvés alors que les deux autres versions sont dotées de chargeurs droits. L'UMP peut être converti d'un calibre à l'autre par changement du canon, de la culasse et du chargeur.

Le .45 ACP et le .40 S&W présentent un recul plus important que le 9mm Parabellum et cet inconvénient est accru par le poids réduit de l'arme. Afin que l'UMP demeure contrôlable, la cadence de tir théorique est limitée à 600 coups par minutes, ce qui est relativement faible pour un pistolet mitrailleur moderne.

Le mécanisme est plus conventionnel que celui du MP5 puisqu'il est opéré par le recul sans système de retardement de l'action. Il tire culasse fermé en automatique, semi-automatique et par rafales de deux coups. Lorsque le chargeur est vide, un mécanisme retient la culasse en arrière de telle sorte qu'il n'est pas nécessaire de la manœuvrer pour chambrer une cartouche après avoir introduit un nouveau chargeur.

En plus de ses organes de visée, il est doté de deux rails Picatiny, l'un au dessus de l'arme et l'autre au niveau de la garde et peut en recevoir deux supplémentaires sur les côtés. Ces rails standards permettent de monter rapidement une très large gamme d'accessoires : lunettes,viseur à acquisition rapide de type reflex comme les EOTECH, pointeur laser IR, lampe tactique, poignées tactique. Le cache flamme est conçu pour accepter un silencieux QD (quick detachment) clipable.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

AK : Fusil d'assaut d'origine russe

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 17:49



Marques:

Marui
G&G
Classic Army
Cybergun
Dboys
VFC
JG
Cyma
SRC
ICS
INOKATSU
ARMY
Unicorn

Histoire du Ak47:

La naissance de cette arme légendaire est d'abord celle de sa munition, une cartouche de calibre 7,62 mm longue de 39 mm, dite 7,62×39, qui s'inspire de la Mauser 7,92 mm dite Kurz (courte) dont un exemplaire soustrait aux troupes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale servit de modèle.l'[AK47] est inspiré d'un fusil Allemand tres peu difusé et uniquement sur le front de l'est le [MP44]dévellopé en 1942 et mis en service en 1943 sous le nom de[sturmgewehr44][STG44].le fusil d'assault etait née combinant de part son calibre et son concept général un nouveau futur standard des armes de guerres de petits calibres...

La plupart des armées utilisaient des fusils au mieux semi-automatique, comme le M1 Garand, mais plus généralement à verrou. Ces armes chambraient des cartouches longues, comme la 7,92_mm_Mauser, puissantes et efficaces à longue portée. Mais la faible cadence de tir, l'encombrement et le fort recul constituaient autant d'inconvénients et les pistolets mitrailleurs, comme le MP40 allemand, étaient donc souvent préférés en combat rapproché quoique leur munition d'arme de poing rendait le tir peu efficace à plus de cent mètres. Des études soviétiques montrèrent que même à faible distance une épaisse tenue d'hiver arrêtait parfois leurs balles.[réf. nécessaire] L'emploi combiné du fusil et du pistolet-mitrailleur contraignait par ailleurs à pourvoir l'infanterie en deux types de munitions d'armes d'épaule.

Les militaires allemands eurent l'intuition que la munition du fusil de guerre, conçue pour tirer efficacement à près de huit cents mètres, était trop puissante pour les distances réelles d'engagement, généralement inférieures à quatre cents mètres. Ils créèrent donc une nouvelle cartouche, en diminuant la charge propulsive donc la longueur de l'étui de moitié, ainsi qu'une arme révolutionnaire pour l'utiliser, nommée Sturmgewehr 44. L'Armée rouge disposa vite de quelques exemplaires et apprécia cette approche au point de faire développer, par Elisarov et Semine, l'équivalent à partir de sa 7,62x54 Nagant. La cartouche 7,62x39 qui en résulta fut adoptée en 1943 et les fabricants d'armes soviétiques conçurent les armes correspondantes.

Mikhaïl Kalachnikov, sergent dans une division blindée, commence à dessiner des armes alors qu'il est à l'hôpital et en convalescence, après avoir été blessé au cours de la bataille de Briansk. Son premier modèle, créé en 1942, est un pistolet mitrailleur écarté au profit du PPS-43 de Soudarev. Sa carabine semi-automatique de 1945 échoue face à celle de Simonov, la SKS, qui entre en service en 1946. Il conçoit alors, entre 1945 et 1949, plusieurs modèles expérimentaux de fusils d'assaut jugés intéressants par les autorités soviétiques, puis quitte l'armée et est embauché à l'usine d'armement IZHMASH, d'Ijevsk. Bien qu'il ait examiné un Sturmgewehr 44 en 1946, Mikhaïl Kalachnikov nie fermement avoir copié les modèles allemands et italiens, ce que confirme la comparaison des armes, en dépit d'une certaine similitude générale, leurs principes de fonctionnement sont différents. Par contre, il semble qu'il se soit inspiré du M1 Garand et des armes de Browning lors de la conception de la culasse rotative et du chien.

En 1949 l'armée soviétique adopte, sous la désignation d'« AK-47 », une de ses études de 1947 en tant que fusil réglementaire dans l'infanterie motorisée. Une version à crosse pliante, destinée aux parachutistes et aux équipages de blindés, est aussi mise en service sous le nom d'« AKS ». L'arme, bien que satisfaisante, est constamment modernisée, surtout dans le but de simplifier sa production, encore compliquée. Après plusieurs modèles expérimentaux en 1950 et en 1951, une nouvelle version est adoptée par l'armée rouge en 1953. Sa désignation reste « AK-47 », mais elle est souvent qualifiée « version légère » car ne pèse plus que 3,8 kilogrammes chargée (au lieu de 4,3), grâce à l'emploi d'un fût usiné intégrant le verrou de culasse. Le premier modèle de poignée pistolet, constitué d'une armature métallique soudée et habillée de demi-flasques en bois, est remplacé par un unique morceau de bois vissé. Les chargeurs auparavant lisses sont allégés et voient leurs flancs rigidifiés par l'adjonction de bandes métalliques de renfort et une baïonnette apparaît. Cette version sera la plus produite des AK-47, il en existe également une version à crosse pliante.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

G36/Hk416: Fusils d'assaut allemand

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 17:50



Marques:

Marui
Classic Army
JG
SRC
STAR
BothElephant
KWA

Histoire:
Lors de la fin de la Guerre froide et de la réunification des deux Allemagnes, la jeune armée se trouvait face à un dilemme. Le HK G11 et le HK G41 avait été abandonnés et le G3 restait alors seul en service. Il s'agissait certes d'une arme performante mais sa munition de 7.62mm OTAN ne correspondait pas au standard OTAN qui avait adopté le 5,56 mm. De plus le G3 était lourd et encombrant. La nécessité d'une arme plus moderne s'imposait.

L'armée allemande avait trois solutions : conserver le G3 malgré son obsolescence, adopter le AK-74 dont la défunte République Démocratique Allemande laissa d'importants stocks mais dont la munition n'était pas celle du standard de l'OTAN, ou développer une arme totalement nouvelle. C'est cette dernière solution qui fut retenue.

L'objectif était de concevoir un fusil moderne mais économiquement réaliste, la coûteuse saga du HK G11 ayant servi de leçon. De fait, le G36 emprunte énormément d'idées employées par divers concepteurs d'armes existantes : les chargeurs emboîtables sont repris de ceux du SIG-550 suisse et certains estiment que le garde-main rappelle étrangement celui de l'ancestral FAL belge, dont s'inspirait semble-t-il déjà le G3. Quant au mécanisme interne, à peu de choses près, c'est celui de l'Armalite AR-18 américain. Heckler & Koch a toutefois réussi à concevoir une arme très fiable, précise et modulaire.
Bien que la tendance actuelle en matière de fusil d'assaut soit au bullpup, le G36 conserve une architecture classique. Il reste donc relativement long. En revanche son poids de 3,6 kg reste parfaitement dans la norme actuelle, notamment grâce à l'emploi de polymères ou de plastique ultrarésistant. La crosse est rabattable sur le côté de l'arme. Le chargeur courbe contient trente cartouches et est transparent ce qui permet d'en contrôler le contenu. L'arme accepte également un magasin de 100 coups à double tambour destiné à la version mitrailleuse légère.

Ce qui démarque le G36 des autres fusils d'assaut conventionnels est son système de visée et sa poignée intégrée sur sa partie supérieure. La version destinée à l'armée allemande est équipée d'un double viseur optique. La lunette supérieure n'offre aucun grossissement et permet l'acquisition rapide des cibles par alignement d'un point rouge alors que la lunette inférieure d'un grossissement de X3,0 est utilisée pour le tir de précision à longue distance. La version d'exportation, le G36E, ne possède qu'une lunette d'un grossissement X1,5. Un dispositif de visée plus puissant et même nocturne ou infrarouge peut être monté sur l'arme. Le G36C ne possède aucune lunette mais est par contre doté d'un rail standard (Picatinny) qui permet l'adjonction de n'importe quel système de visée.

Elle est aussi très puissante de loin , en effet elle peut tirer a une vitesse de 950 m/s.



Marques:

VFC
SRC
JG
JetCustom
Hurricane
AGM

Histoire:

Le fusil HK 416 est un projet de la firme Heckler & Koch ayant pour but de produire une version améliorée de la vénérable carabine M4a1. À l'origine devait être nommé HKM4, mais il fut changé en raison d'un recours en justice de la firme COLT, qui se croyait détentrice des droit commerciaux du M4, mais ceux-ci appartenaient à Bushmaster. On suppose que le nom HK 416 est l'utilisation de la dénomination du M4 et du M16. Le système de piston à emprunt de gaz HK 416 est similaire à celui équipant déjà les fusils HK G36 et remplaçant de système à emprunt de gaz direct utilisé par les M4 et M16. L'armée norvégienne a fait part d'une commande de HK416, les premiers fusils seront livrés au second semestre[1]. L'arme a déjà été testée par les forces armées américaines qui l'envisage pour devenir son nouveau fusil d'assault en remplacement du projet XM8 . Il est aussi testé et en service dans certaines unités de police. Il est uniquement disponible pour les agences gouvernementales et les organisations militaires. Il peut être acheté en tant qu'arme complète ou bien en tant que kit comprenant le boîtier de culasse supérieur pour la conversion d'une arme basée sur le model Colt M4/M16. Il n'est jusqu'à présent pas destiné à la vente aux civils.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

XM8 : Fusil d'assaut des Navy Seal's

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 17:53



Marques:

SRC
AGM

Histoire:

Le XM8 est un projet de conception d'un fusil d'assaut développé par l'armée américaine de la fin des années 90 à début 2000. Elle le développa à l'aide du fabricant d'armes à feu Heckler & Koch (H&K) afin de créer une arme nouvelle. Même si le XM8 avait un espoir de devenir l'arme d'infanterie de l'armée américaine, le projet fut suspendu à la mi 2005, et completement annulé le 31 octobre 2005.

General Dynamics a été impliquée dans les dernières étapes et H&K produit le fusil dans une usine en Géorgie.
Le but de l'armée pour ce prototype était de fournir des options de remplacement pour le M16 après que le programme XM29 ai fonctionné avec des problèmes. L'armée voulait une arme meilleur marché, plus légère, et plus efficace que la série des carabines M16 et M4. Le XM8 n'était pas simplement une arme, mais un système qui pourrait être modifié avec les pièces appropriées pour être adapté à plusieurs variantes passant d'une arme personnelle à une arme de soutien. Il a également inclus une vue optique intégrée et un laser IR.

Le XM8 a été basé sur le module d'énergie cinétique du projet de XM29 OICW d'Alliant Techsystems, dont les mécanismes d'arme étaient sous la responsabilité de H&K. Après l'indéfini retard du programme, l'armée américaine a demandé que les entrepreneurs conçoivent des armes autonomes telles que le XM29 OICW et des modules explosifs puissants.

Les 30 premiers prototypes XM8 ont été fournis au mois de novembre 2003 pour l'essai préliminaire. Plus tard, au moins 200 prototypes de développement ont été obtenus. Parmi les plaintes : pendant l'essai la faible durabilité de la batterie et quelques questions ergonomiques. Deux autres questions principales : réduire le poids de l'arme et augmenter la résistance thermique du garde de main, qui commencerait à fondre après avoir trop tiré. L'essai a été en grande partie réussi, et l'armée a fait un grand essai sur le terrain. Le poids du prototype de carabine est de 3,4 kilogrammes (7,5 livres selon une brochure de HK et General Dynamics en janvier 2005).

En 2005, l'armée a publié une demande de proposition sollicitant des propositions pour la famille des OICW. celle-ci donnait à des fabricants six mois pour développer et livrer des prototypes avec des conditions très semblables aux XM8, mais avec une configuration d'arme automatique de peloton (SCIE). Actuellement, aucun prototype XM8 n'a égalé les possibilités de la M249 (par exemple le remplacement rapide de box, cadence de tir élevée).

Le placement de la grenade XM320, qui est semblable au M203 et qui était à l'origine prévu pour le XM8, a été approuvé. Le lance-grenade est plus lourd que le M203, mais offre quelques avantages. Le XM320 a été conçu pour l'usage avec l'arsenal existant de M16 et de M4 et est également compatible avec le XM8. Il peut également être employé comme arme autonome.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

G3 : Fusil d'assaut occidental

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 17:54



Marques:

Marui
Classic Army
BothElephant
JG
KSC

Histoire:

L'origine de ce fusil d'assaut remonte aux années 1950. La République Fédérale d'Allemagne demanda alors à la FN Herstal l'autorisation de fabriquer des FAL sous licence. Se heurtant au refus de la firme belge, H&K se tourna vers CETME en Espagne qui fabriquait une évolution du STG 45 et en obtînt l'autorisation. Heckler & koch prenait ainsi sa revanche sur la FN en créant le plus redoutable concurrent du FAL. Il fut adopté par l'armée de l'Allemagne Fédérale en 1959 et y resta en service jusqu'au début des années 1990. Il est toujours produit sous licence en Grèce, Heckler&Koch l'a produit jusqu'en 2001. Devant l'importance des commandes étrangères, HK conclut des accords de sous-traitance avec la MAS (Manufacture nationale d'armes de Saint-Étienne, France) de 1977 à 1983, et l'arsenal britannique d'Enfield dans les années 1970 et 1980, pour l'exportation vers leurs anciennes colonies françaises et britanniques.

Se bâtissant une réputation d'excellence le G3 est rapidement devenu le fusil d'assaut occidental le plus exporté avec le M16 américain. Environ sept millions d'exemplaires furent fabriqués dans le monde, même si le G3 n'a pas toujours été l'arme standard des armées des pays qui l'achetèrent. Ainsi des SEAL américains ont utilisé des G3 au Viêt Nam.

La première utilisation opérationnelle de l'arme s'est donnée de la part des armée portugaise dans la guerre coloniale d'Angola, de Guinée et Mozambique à partir de 1961. En 1965, plus de 150 000 G3 étaient employés au combat par les Forces portugaises.

On le retrouve également aux mains des mercenaires, milices et armées hétéroclites de pays du tiers monde, les guérillas et rébellions en Asie, Afrique, et Amérique du Sud. Il est par exemple utilisé en Birmanie par l'armée du pouvoir en place, au Darfour par la guérilla et les pillards. Cette large diffusion est notamment due au fait que bon nombre de pays, dont l'Iran du temps du Shah, ont acquis la licence et les plans de fabrication puis en exportèrent d'importantes quantités.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

Steyr AUG : Fusil d'assaut autrichien

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 18:02



Marques:

Marui
Classic Army
Jing Jong
Bothelephant
Cybergun

Histoire:

Le Steyr AUG (Armee Universal Gewehr = fusil militaire universel) est un fusil d'assaut autrichien de type bullpup de calibre 5,56 mm OTAN. Il ne s'agit pas seulement d'un fusil d'assaut, mais plutôt d'un véritable système d'arme puisqu'il est conçu pour pouvoir être modifié en quelques secondes à l'aide d'un simple kit et ainsi passer d'une version à une autre.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

SIG : Fusil d'assaut d'origine suisse

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 18:15



Marques:

Marui
Jing Jong

Histoire:

-Le SIG-550 est le fusil d'assaut officiel de l'armée suisse (Fusil d'Assaut ; Fass 90) fabriqué par Swiss Arms (anciennement SIG Arms AG). Conçu dans les années 1980, il fut introduit progressivement dès 1988 dans l'armée suisse, remplaçant ainsi le Stgw 57/Fass 57 (également construit par SIG). Après maintenant vingt ans de service actif, le SIG 550 a été décliné en différentes versions, vendu à plusieurs groupes d'intervention, et reste un excellent fusil d'assaut qui n'a pas pris une ride. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que Sig continue à l'offrir à l'export et qu'il est encore son produit phare en matière d'armes d'épaule.
-Le SIG-552 Commando est le modèle le plus compact et le plus récent de la gamme des fusils d'assaut SIG-550.Ce petit FA diffère seulement du modèle 550 par un encombrement réduit et un nouveau garde-main.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

M249/Scar : Armes d'origine belge

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 18:17



Marques :

Star
Classic Army
A&K
Top
G&P
Cybergun

Histoire :

La FN Minimi (Minimitrailleuse) est une mitrailleuse légère conçue par la fabrique nationale de Herstal en Belgique (FN Herstal). Cette mitrailleuse est chambrée en 5,56 mm OTAN, plus spécifiquement la cartouche ss109 ayant été initialement créée pour elle. Cette munition employée dans les fusils d'assaut est moins puissante et porte donc moins loin que les munitions généralement utilisées dans les mitrailleuses moyennes mais elle est aussi moins encombrante et offre donc une arme plus mobile qui peut être maniée par un homme seul et dotée d'une importante puissance de feu qui lui permet de procurer un soutien efficace, du point de vue défensif et offensif.

En conséquence, cette mitrailleuse à emprunt des gaz a été conçue pour appuyer la FN MAG, non pour la remplacer. Dans une section on trouve généralement une mitrailleuse d'appui général (FN MAG, M-60E3 ou ATT m52) et deux FN Minimi pour le soutien.

Connue mondialement sous le nom de M249 SAW (version modifiée pour l'US Army), elle apparaît dans de nombreux films, jeux vidéos et BD.



Marques :

Star
VFC
G&G
CA
JLS
Dboys

Histoire :

SCAR signifie SOF (Special Operations Forces) Combat Assault Rifle. Il s'agit d'un fusil d'assaut mis au point par la FN Herstal (Herstal).

Le SCAR a été conçu pour répondre aux besoins spécifiques du United States Special Operations Command (SOCOM), le commandement des opérations spéciales de l'armée américaine, pour lequel le XM8, qui devrait devenir à terme le fusil standard de l'armée américaine, est insuffisant.

Le SOCOM souhaite obtenir une arme qui puisse être convertie sur le terrain pour plusieurs calibres afin d'offrir à ses troupes un système d'armes d'un maniement identique simplifiant la maintenance et la logistique mais néanmoins parfaitement adapté aux différentes missions.

Le SCAR doit ainsi se présenter en deux versions, le SCAR-L chambré en 5.56 OTAN et le SCAR-H chambré en 7.62 OTAN. Le SCAR-H sera également disponible dans une version chambrée pour le 7.62x39mm, la munition de l'AK-47 et pourra recevoir ses chargeurs. Ce choix vise à permettre aux troupes en opération derrière les lignes ennemies d'utiliser les munitions disponibles. Il est probable qu'il sera également chambré pour d'autres munitions.

Chacune de ces versions pourra connaître trois variations portant sur la longueur du canon:

S : standard, canon de taille normale
CQC : Close Quarters Combat, canon court améliorant la maniabilité, surtout utile en combat urbain
SV : Sniper Variant, canon long pour le tir de précision à longue portée.

SCAR-H standard chambré en 7,62 OTANL'arme en elle-même est dérivée du FN FNC, certaines parties de son mécanisme copient celui de l'AK-47 qui semble moins sensible à la poussière et au sable fin. Le SCAR est équipé de quatre rails Picatinny pour monter tout type de lunettes, torches ou désignateurs lasers (au-dessus, au-dessous et sur les côtés). Il est également doté d'une crosse en polymère qui est à la fois télescopique et rabatable sur le côté de l'arme pour gagner en maniabilité. Le FN SCAR accepte le lance grenade de 40mm du FN F2000 qui a l'avantage d'offrir un commande située sous la détente du fusil, ce qui permet de le déclencher sans avoir besoin de changer la prise en main de l'arme.

L'arme sera fabriquée à l'usine FN d'Herstal en Belgique.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

M60 : FM de soutien américain

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 18:52



Marques :

Star
Top
Inokatsu

Histoire :

La M60, produite par Saco Defense, fut la mitrailleuse légère standard des forces armées des États-Unis à partir de 1957 et fut notamment utilisée au Vietnam où elle fut surnommée « The Pig » (le cochon). Malgré sa notoriété au sein du grand public, en raison de la couverture médiatique de la guerre du Vietnam et des films de guerre, ses nombreux défauts ont mené à son remplacement par la FN MAG.

La M60 était en premier lieu une arme peu fiable, surtout quand elle était encrassée. Un défaut qui était aggravé par la complexité de son entretien. Par ailleurs, les premières versions souffraient d'un changement du canon particulièrement peu pratique. Les opérateurs devaient tout à la fois tenir l'arme par la poignée car le bipied était solidaire du canon et détacher le canon brûlant avec des gants spéciaux puisque la poignée était fixée à la carcasse. Le canon amovible comprenait une partie du mécanisme à gaz, ce qui alourdissait le poids de chaque canon emmené en opération. En dernier lieu le levier de sécurité fonctionnait à l'inverse de celui du M16 et du Colt M1911, ce qui constituait une source de confusion au combat.

Elle fut régulièrement améliorée. Ses versions A1 et E1 étaient destinées aux fantassins de l'US Army et aux fusiliers marins de l'US Marine Corps, qui adoptèrent ensuite une version E3 en 1982 qui n'était pas encore exempte de défauts. Une version E4, expurgée de ses défauts a fait une timide réapparition au sein de certaines unités spéciales.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

Armes de poing

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 18:59



USP

Le HK USP est un pistolet semi-automatique double action de la société allemande Heckler & Koch apparu en 1993. Le Universal Selbstlade Pistole, ou pistolet semi-automatique universel est chambré pour différents calibres et disponible en de nombreuses versions.

Il bénéficie d'une conception entièrement originale, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'un ancien modèle modernisé. Il a été d'emblée conçu pour tirer le .40 S&W pour ensuite donner lieu à une version d'une puissance inférieure tirant le plus conventionnel 9mm Parabellum, une évolution inverse à ce qui a généralement été fait sur les modèles concurrents. Les deux munitions ayant des dimensions relativement proches, la version 9mm ne diffère que par le canon et les dimensions du chargeur.

Ce pistolet moderne doté d'une carcasse en polymère fonctionne avec un mécanisme qui est une amélioration du browning. Un grand nombre de détentes sont possibles, double action ou simple action uniquement et toute une gamme de sécurités qui ne donne pas moins de 9 combinaisons disponibles. La carcasse est dotée d'une rainure horizontale en dessous du canon qui permet de monter un large gamme d'accessoires comme des lampes, désignateurs laser mais aussi le contrepoids de la version match.

Les premières versions compactes ont été commercialisées en 1994. En 1995, une version chambrée en .45 ACP a été commercialisée, essentiellement pour le marché américain.

Les modèles de compétition se déclinent en la version Match, plus lourde, équipée d'un contrepoids au bout du canon improprement considéré comme un compensateur de relèvement et réglée pour le tir sur cible et la version expert destinée aux compétitions IPSC beaucoup plus proches du tir de combat.

En dernier lieu, la version tactique est dérivée du HK Mk.23 conçu pour le projet SOCOM de l'armée américaine. Ce pistolet est chambré en .45 ACP uniquement et équipée d'organes de visée réglable et d'un canon spécifique qui permet d'y fixer un silencieux.

Le HK USP a été adopté par l'armée allemande sous la dénomination P8 et dans sa version compacte par la police allemande sous la dénomination P10, tous deux chambrés en 9 mm Parabellum. Le HK USP standard en 9 mm Parabellum équipe aussi une partie des militaires espagnols. L'USP Compact entre cette année en service dans la gendarmerie maritime et la marine nationale françaises en remplacement du PSA MAC 50 sous le nom de PA HK Marine. Une partie des Commandos marine de Lorient est équipée de la version standard, l'autre du Glock 17.


GLOCK 18
L'entreprise autrichienne Glock produit des pistolets particulièrement innovants dont le premier modèle fut le Glock 17, datant du début des années 1980, premier pistolet industriel principalement constitué de polymères ayant rencontré un succès commercial. Le premier pistolet utilisant des polymères fut le HK VP70 plus de 10 ans avant le Glock.

Grâce à ces matériaux l'arme est légère et peu sensible à la corrosion. Leur souplesse rend par ailleurs son recul légèrement moins brutal qu'avec une carcasse parfaitement rigide d'une arme de poids équivalent.

Ces matériaux non métalliques ont été à l'origine d'une controverse aux États-Unis sur les armes produites par Glock, qui ont été considérées comme délibérément indétectables, en premier lieu par une association luttant contre la possession d'armes à feu par les civils. Pourtant, plus de 80 % des pièces composant le Glock sont en métal (la culasse, le canon, le ressort du chargeur, le percuteur, les munitions...), les polymères utilisés sont denses et donc détectés par les systèmes aux rayons X conventionnels. Un opérateur de sécurité correctement formé repérera l'arme sans difficulté. Un motif commercial a probablement contribué à la persistance de cette controverse.

Les pistolets Glock représentaient en effet une petite révolution et des entreprises concurrentes, notamment américaines, avaient sans doute besoin d'un alibi afin de protéger leur marché. L'utilisation des polymères est d'ailleurs devenu la norme chez tous les constructeurs et cette polémique ne se pose plus.

La légende persiste toujours, notamment en raison de l'exploitation faite de cette rumeur par le film Die Hard 2 dans lequel il est fait mention d'un "Glock 7" en porcelaine indétectable. Cette arme n'existe pas, bien que des pistolets en porcelaine aient été utilisés par les services secrets du pacte de Varsovie (en particulier en République tchèque) à l'apogée de la guerre froide.


BERETTA 92F

Le Beretta 92 est un pistolet semi-automatique italien conçu par Beretta et entré en production dans sa première version en 1976.

Il s'agit d'une amélioration du modèle 1951 qui a connu un succès commercial considérable. Adopté entre autres par les armées américaine, italienne, canadienne [1], française, dont notamment la Gendarmerie (Beretta 92G ou MAS G1) et une partie de l'armée américaine (sous l'appellation M9 pour le 92F et M10 pour le 92FS).


Il est produit sous licence en Égypte, au Brésil (Taurus PT-92, version locale du 92S) et en Afrique du Sud (sous la forme du Vektor Z-88 dont le chien est plein).

Cette arme est un pistolet de conception très classique, relativement volumineux et lourd en comparaison des armes plus modernes dont le Glock 17 fut le précurseur, ce qui ne pose pas de problème particulier pour les applications militaires. Le Beretta 92 est une arme au design éprouvé qui se caractérise par son chargeur de 15 coups en 9 mm Parabellum et une grande fiabilité. Ce dernier point est parfois mis en cause, il est toutefois difficile de faire la part des choses étant donné le très grand nombre d'armes en circulation et la multitude des productions sous licence accordées par Beretta.

BERETTA 93R

Héritier du Beretta M951R, le Beretta 93R (Raffica=rafales) est la version automatique du Beretta 92, tirant par rafales de 3 coups.

Il a été commercialisé en 1979 à la demande des services secrets italiens et n'est plus produit.
Le 93 R fonctionne soit au coup par coup en simple action soit en tir automatique. L'ensemble sélecteur/sureté est placé sur la carcasse à l'arrière de la plaquette de crosse gauche. Il dispose d'un compensateur de relèvement à trois fentes verticales (premiers modèles) puis horizonales (dernières versions). Il comprend une poignée métallique antérieure repliable fixée au pontet. Dépliée, elle permet au tireur de tenir l'arme à deux mains en passant son second pouce dans le pontet agrandit à cet effet. Une crosse métallique pliante peut être fixée à la poignée par une rainure. Il peut être alimentée par les chargeurs du Beretta 92 le cas échéant.


MP7A1

Le MP7 est un pistolet mitrailleur répondant au principe d'APDW (Advanced Personal Defense Weapon) qui vise à combler le fossé entre le pistolet mitrailleur conventionnel et le fusil d'assaut. Les PDW sont destinés à doter les troupes qui ne sont pas directement employées dans les combats d'une capacité de riposte significative. Les officiers, équipages de chars ou servants d'artillerie n'ont pas besoin de s'encombrer d'un fusil d'assaut mais doivent néanmoins pouvoir faire face à un attaque inopinée et défaire des adversaires équipés de vestes pare-éclats en mesure de stopper une munition d'arme de poing.

Le MP7 est la réponse fournie par Heckler & Koch à cette demande. Il s'agit de la deuxième arme mise en production répondant à cet impératif, le premier étant le P90 de la FN Herstal. L'idée est de proposer une arme légère tirant une munition spécifique de petit calibre ayant une vitesse initiale importante. Le MP7 tire ainsi une munition originale de 4,6 millimètres pour une masse de 1,6 grammes sortant du canon à 725 mètres/secondes qui est en mesure de perforer un casque ou un gilet pare-balles jusqu'à une distance de 200 mètres.

L'arme en elle-même est construite en polymère renforcé d'acier pour la carcasse. Le chargeur de 20 coups est disposé dans la poignée. Le MP7 est équipé à l'avant d'une seconde poignée pliante et d'une crosse télescopique à l'arrière. L'arme qui est particulièrement légère peut donc être tirée à une main comme un gros pistolet en raison du faible recul de ses munitions, à deux mains grâce aux deux poignées pistolets ou encore comme une arme d'épaule avec la crosse dépliée. Cette arme est donc particulièrement polyvalente, elle peut prétendre à concurrencer des pistolets mitrailleurs compacts comme le MP5K jusqu'au fusils d'assaut à canon court.

Des doutes sont émis sur le MP7 notamment sur l'efficacité de ses munitions qui en raison de leur calibre réduit présentent très probablement un pouvoir vulnérant limité et sur la capacité d'un design aussi léger à être effectivement précis à 200 mètres.

Son mécanisme à gaz est une version réduite de celui du HK G36, ce qui est très rare pour un pistolet mitrailleur généralement opéré par recul.

Le MP7 est entré en production en 2001 et est actuellement évalué par l'OTAN en même temps que son concurrent le P90. La version définitive, le MP7A1, équipe depuis 2004 certaines unités des Forces armées en Allemagne. Il est également en dotation dans certaines unités des forces spéciales en Corée du Sud.

VZ61 SCORPION

Le Skorpion VZ61 (Vzor 1961=Modèle 1961) est le plus célèbre des pistolet mitrailleur tchèque. Il a été inventé par l'ingénieur Miroslav Rybář et fabriqué par CZ-UB.
Cette arme particulièrement compacte a été conçue pour deux usages :

Offrir une puissance de feu importante à courte portée pour des assauts dans des lieux étroits.
Servir d'arme de défense à la place d'un pistolet, l'arme peut ainsi se porter dans un holster.
C'est essentiellement pour le premier rôle qu'il a rencontré un important succès. Les munitions de faible puissance pour lequel il est chambré le rendent particulièrement utile pour les opérations à bord des avions ou la surpénétration représente un danger important.

La première version mise sur le marché en 1961 chambrait le 7,65 Browning. La faible puissance de la munition autorise un mécanisme opéré directement par le recul. Afin de réduire la cadence de tir, un dispositif placé dans la poignée retarde le mouvement de la culasse. L'arme est équipée d'une petite crosse fil de fer rabattable sur le dessus de l'arme qui offre si nécessaire une précision supérieure à celle d'un pistolet.

Le Skorpion qui a été produit à environ 210 000 exemplaires est entre autre employé par les forces armées tchèques, slovènes, croates égyptiennes et libyennes.

MAC10

MAC est l'abréviation de Military Armament Company (entreprise d'armemement militaire). Cette entreprise nomma ainsi des pistolet mitrailleurs compacts développés dès le début des années 1970 avec l'ambition de constituer une alternative au Colt M1911 dans son rôle d'arme secondaire.

Développé par Gordon Ingram, il est souvent connu sous le simple nom de son créateur : Ingram. Nombre de copies ont été produites par d'autres entreprises, y compris en dehors des États-Unis.

Il s'agit d'une arme très compacte et simple à haute cadence de tir qui a connu un certain succès auprès des unités antiterroristes, notamment pour les assauts dans les avions où sa compacité, sa puissance de feu et la perforation réduite de certaines de ses munitions sont particulièrement adaptés. Le MAC, avec sa silhouette courte parfaitement parallélépipédique, entra dans la légende à la télévision et au cinéma, le plus souvent dans les mains des méchants. Cette notoriété ne fut néanmoins pas synonyme d'un important succès commercial, faute de clientèle militaire suffisante.

Cette arme permet le tir automatique ou au coup par coup est dotée d'un mécanisme actionné par le recul, le tir est effectué culasse ouverte. Elle est équipée d'une crosse d'épaule de petite taille, insuffisante pour permettre un tir stable et confortable, et d'une sangle à l'avant de l'arme qui remplit médiocrement le rôle de seconde poignée frontale. Tout ces facteurs contribuent à rendre l'arme très difficilement contrôlable en l'absence d'un entrainement adapté. Sa portée pratique n'excède donc guère 25 mètres.

Le canon est fileté afin d'adapter un silencieux massif qui permet de rendre l'arme plus contrôlable parce qu'il l'alourdit mais aussi parce qu'il offre une meilleure prise pour la seconde main. Ce silencieux lui fait en revanche perdre l'avantage de sa faible longueur. Il possède deux chambres, la première est d'un diamètre supérieur au premier (et d'ailleurs plus grand que l'arme elle même) et réduit le son au point que le bruit de la culasse en mouvement est audible lors du tir. Le filetage bien qu'étant originellement destiné au silencieux a également mis à profit pour toute une gamme d'accessoires : compensateur de relèvement, extension du canon, faux silencieux, poignée frontale...

Le MAC 10 est chambré en 9 mm Parabellum et en .45 ACP, utilisant respectivement le chargeur du Walther MPL et du M3A1 Grease gun.

Un modèle plus compact appelé MAC 11 chambre la .380 ACP. Cette munition de faible puissance est très rarement employée dans un pistolet mitrailleur lui permet de un cadence de tir très élevée. La faible puissance de sa munition le rend particulièrement intéressant pour les interventions dans les contextes où une pénétration excessive est dangereuse, comme dans les avions.

Comme le M10, il peut être équipé d'un important silencieux qui le rend plus facile à contrôler.

Une version du MAC 11 chambrée en 9 mm Parabellum a également été produite, il s'agit d'une arme spécifique dont la carcasse est rallongée et qui est nommée M11/9mm.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

L85 : Fusil d'assaut Britannique

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 19:04



Marques:

Academy / G&G / Army / Star / WE

Histoire:

Même si certains fusils mitrailleurs allemands avaient une architecture un peu semblable, l'armurerie britannique est pratiquement à l'origine du principe « bullpup » qui consiste à reculer le mécanisme en arrière de la détente, jusque dans la crosse.
En effet, dès le tout début des années 1950, divers prototypes ont été produits à Enfield, parfois dans de très petits calibres spécifiques (4,25 mm) avec le fusil EM 2 qui ne sera finalement jamais adopté.
Le principal avantage d'une telle disposition est de pouvoir créer une arme compacte tout en montant un canon long qui permet de profiter de toute la puissance des cartouches de très petit calibre. Mais aussi, la distribution des masses rend plus confortable le contrôle du tir en rafales.
Parmi les inconvénients, on notera surtout l'utilisation ambidextre impossible sans un minimum de démontage, puisque l'ouverture de la culasse se fait au niveau de la joue du tireur. Outre le problème d'adaptation aux gauchers, cette particularité n'est pas sans conséquence sur l'usage de l'arme, en particulier dans les combats en milieu urbain.

Si des fusils d'assaut réputés, comme le FAMAS français, et surtout le Steyr AUG autrichien sont des « bullpup » efficaces et appréciés, la réputation du L85 A1 est en revanche plutôt polémique.

Appartenant au système d'arme SA 80 (Small arms 1980=Armes légères 1980), le fusil d'assaut L85A1 et la mitrailleuse légère L86 sont entrés en service en 1984 dans la British Army.

Le L85A1 a connu son baptême du feu lors de la Guerre du Golfe (Koweït 1990-1991). Souffrant d'une mauvaise réputation (rien n'est prévu pour permettre de l'épauler à gauche et il a montré une fiabilité douteuse) ce fusil s'est peu diffusé hors de Grande-Bretagne et n'a été vendu qu'à la Jamaïque et au Zimbabwe.

Il fut construit de 1985 à 1994 par l'Arsenal royal d'Enfield pour la British army (à l'exception du Special Air Service). Sa durée de vie opérationnelle est prévue jusqu'en 2015.

Une partie des défauts du L85A1 ont été éliminés avec l'aide de la firme allemande H&K pour devenir le L85A2. Il en est dérivé un fusil mitrailleur : le L86A1 LSW. De même, il a été extrapolé un fusil de cadet (L98A1) tirant au coup par coup par répétition manuelle pour l'entraînement des jeunes recrues, et une carabine légère (L22A2) munie d'un canon court et d'une poignée antérieure.

Il serait cependant une arme très précise, qui aurait obligée l'armée britannique à réévaluer son test pour les tireurs d'élite.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

FAMAS : Fusil d'assaut français

Message  Modérateur 2 le Jeu 5 Jan 2012 - 19:09



Marques :

Marui / J-Peng / Cybergun

Histoire:

Le Fusil d'assaut de la Manufacture d'armes de Saint-Étienne, dont la dénomination officielle FA-MAS est souvent simplifiée en Famas, est un fusil d'assaut français. Il est également rapporté que le Famas fut surnommé « le clairon » dans l'armée française, bien qu'il semble que ce nom soit désormais tombé en désuétude.

Il a été commandé par l'armée française qui voulait une arme tactique puissante et facilement utilisable. Présenté en 1973 puis adopté en 1979, ce fusil d'assaut remplace à lui seul trois armes précédemment utilisées : le fusil semi-automatique MAS Mle.49/56, le pistolet mitrailleur MAT 49 et un certain nombre de fusils mitrailleurs MAC Mle.29.

Plusieurs modèles ont été produits à ce jour :

Le F1 qui est le premier mis en service dans les années 1970 (en photo équipé du chargeur CPL : pour Cartouche Propulsive de Lancement).
Le G2 disponible depuis 1994 utilisé par la Marine Nationale. Extérieurement, cette dernière se distingue par la suppression de l'arcade de pontet, remplacée par une large garde partant de la base de la poignée et qui finit à la moitié du fût, ainsi que par un chargeur courbe de 30 cartouches de type STANAG. La fibre de verre utilisée pour la poignée garde-main et le fût est remplacée par du plastique, le reste de l'arme est réalisé en acier. La suppression de l'arcade de pontet a été apportée pour permettre l'usage du Famas en milieu arctique (avec des gants). Cependant, l'arcade de pontet est déjà mobile sur le modèle F1, ce qui facilite l'accès à la queue de détente lorsque les conditions l'exigent.
Deux nouveaux modèles sont en évaluation pour le programme Félin. Une version du F1 revalorisée, qui se distingue par l'adjonction à la poignée garde-main d'un rail Picatinny. Cette version fera évoluer le modèle F1 dans quelques années (en photo dans la rubrique Félin). La dernière se distinguera par le montage en série de plusieurs visées.
avatar
Modérateur 2
Omniscient
Omniscient

Messages : 129

Revenir en haut Aller en bas

mp5

Message  davidp le Mar 12 Avr 2016 - 16:17

bonjour jerez aime machette une mp5 que me conseille vous pour la marque de la réplique
avatar
davidp
Habitué
Habitué

Localisation : NIMES
Messages : 26

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum